Enduit, crépi, ravalement

Le crépi ou enduit de façade est la dernière couche avant une éventuelle peinture de maçonnerie. Il protège les murs des intempéries et assure la bonne isolation thermique et phonique tout en laissant respirer la paroi. Plusieurs techniques de pose sont possibles selon le rendu et les performances souhaitées : Projeté, Taloché, Gratté ou Ecrasé.

Prix en fonction de la technique utilisée

Crépi taloché
Crépi gratté
Crépi écrasé
Crépi projetté

Crépi taloché

Technique la plus souvent utilisée par les artisans maçons traditionnels. Elle consiste à projeter le mortier sur le mur puis à talocher pour obtenir un rendu lisse. Cette technique est plus longue et prend plus de temps, d’où la différence de coût.

Crépi gratté

Reprend la technique du crépi projeté mais on y ajoute une étape qui est de gratter le béton avec une règle à gratter ou avec une taloche à clous. La mise en œuvre est un peu plus longue mais le rendu est beaucoup plus uniforme car les outils a gratter permettent d’éliminer le surplus de matériau.

Crépi écrasé

Une technique qui comme la précédente nécessite 2 étapes. La première consiste à projeter le mortier sur le mur et alors que le matériau est encore frais, une lisseuse est passée sur le mortier pour l’écraser. L’effet obtenu est très esthétique car le mur prend un aspect moiré inégal.

Crépi projeté

Cette technique est très utilisée pour la protection des bâtiments de grande superficie car son coût est moins important que celui des autres techniques. Il consiste à projeter le matériau à l’aide d’une machine spéciale, sa mise en œuvre est très rapide pour un rendu brut.

La réglementation sur la pose de crépi sur une maison déjà existante, impose d’effectuer une déclaration de travaux.
Dans la cadre d’un plan d’urbanisme, surtout lorsqu’une maison est localisée dans une région abritant des monuments historiques, d’autres formalités administratives peuvent être imposées.

Réalisations